Les vêtements anti-humidité : une question de style ou de performance?

Les vêtements anti-humidité : une question de style ou de performance?

Auteur: Lily Dong, SIRC

Les vêtements qui évacuent la transpiration visent à garder les athlètes au frais et au sec. Puisque s’entraîner à la chaleur peut certainement entraîner de la fatigue physique, les fabricants de vêtements font la promotion de leurs articles qui évacuent l’humidité en mentionnant que ceux-ci jouent un rôle essentiel dans des conditions chaudes. Cependant, il n’existe aucune étude indépendante examinée par les pairs qui démontre clairement que les vêtements de performance améliorent la thermorégulation et la performance. Comment l’évacuation de la transpiration se produit-elle, quelle est son incidence sur la personne qui porte des vêtements de performance, et ceux-ci offrent-ils réellement un avantage par rapport aux autres?

 

Principaux éléments:
  • La technologie qui permet aux vêtements d’évacuer la transpiration utilise des actions capillaires pour éliminer la sueur qui se trouve sur la peau.
  • Lors d’exercices à intensité faible à modérée, les vêtements synthétiques ne sont pas plus avantageux que ceux en coton.
  • Il est possible que les tissus synthétiques ayant des propriétés d’imbibition par capillarité soient plus avantageux lors d’exercices à intensité maximale ou extrême, mais des recherches plus approfondies sont nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

 

Comment l’évacuation de la transpiration fonctionne-t-elle?

La thermorégulation pendant l’exercice est importante pour établir un équilibre entre la production et la perte de chaleur. La fatigue causée par la chaleur combinée à une hausse des efforts cardiovasculaires ont une incidence négative sur la performance et, dans des cas extrêmes, peuvent avoir des conséquences graves sur la santé. Lorsqu’on s’entraîne, particulièrement dans la chaleur, la principale façon d’éliminer l’effet de la chaleur excessive est l’évaporation, c.-à-d. la transpiration. Toutefois, les vêtements agissent comme une barrière contre l’évaporation de la sueur sur la peau. Les tissus qui évacuent la sueur permettent au corps de mieux se refroidir et d’assurer un équilibre thermique en réduisant l’accumulation de transpiration sur la peau en plus d’accroître le confort de la personne qui les porte.

L’effet de mèche se fait par l’entremise d’actions capillaires. Par exemple, ces actions permettent aux nutriments de se déplacer d’un arbre à sa racine, ils font en sorte que l’eau « monte » le long d’un mouchoir qu’on trempe dans l’eau, et ils permettent à la cire de s’accumuler dans le haut d’une chandelle. Autrement dit, les tissus qui évacuent la transpiration utilisent des fibres hydrophiles (hydro- = eau; -phile = favorable) qui éliminent la sueur de la peau en la plaçant sur la surface du vêtement pour favoriser l’évaporation. Celle-ci permet d’éliminer l’eau provenant de la peau et fait en sorte que la transpiration ne repasse pas à travers le tissu.

 

Plus efficace que le coton?

D’après des études qui ont examiné l’incidence de l’effet de mèche synthétique, on remarque que certains facteurs varient grandement : type, intensité et durée d’un exercice; état physique et caractéristiques d’une personne; taille, ampleur et composition des fibres d’un vêtement; et résultats mesurés. De plus, les vêtements que l’on porte ne donnent pas toujours les effets prévus par les mesures des laboratoires; les différences des tissus testés en laboratoire ne sont pas toutes reflétées dans l’efficacité d’un vêtement dans une situation pratique. Certaines études sont aussi financées par des fabricants de vêtements, ce qui fait en sorte que la portée des études et les interprétations des résultats peuvent varier selon la source de financement. Compte tenu de tous ces facteurs, il n’est pas surprenant qu’il soit difficile de tirer une conclusion globale sur les avantages des tissus qui évacuent la transpiration.

Les fibres naturelles, comme le coton, sont très absorbantes contrairement aux matériaux synthétiques, mais elles ne sont pas aussi efficaces pour transporter l’humidité vers une couche externe pour favoriser l’évaporation. Bien qu’il soit moins absorbant, le polyester, un des tissus les plus populaires pour évacuer l’humidité, a la capacité de répartir et de déplacer l’eau qui est sur la peau afin que le corps reste sec. Malgré cela, quand on fait de l’exercice à intensité faible ou moyenne dans des conditions chaudes, les tissus synthétiques n’ont pas un avantage comparativement aux fibres naturelles sur le plan de la thermorégulation. Bien que des études aient conclu que les tissus synthétiques baissent la température de la peau, il n’y avait aucune différence concernant la température centrale. Cependant, dans certains cas, les vêtements synthétiques ont fait en sorte que certains sujets ont transpiré plus, ce qui indique une évaporation efficace. Ils n’ont toutefois pas entraîné une différence dans le rythme cardiaque ni dans la quantité maximale d’oxygène absorbée (VO2max). De façon subjective, la majorité des participants n’ont pas signalé une différence importante dans l’inconfort ou dans l’épuisement perçu entre les vêtements synthétiques et naturels.

Ces conclusions sont probablement liées à notre grande capacité d’adaptation de réguler la température corporelle. Dans la plupart des conditions, nous sommes en mesure de maintenir notre température corporelle centrale. Il est démontré qu’un facteur de stress important doit être présent pour que des tissus favorisant l’évaporation entraînent des avantages. Qu’on augmente l’intensité ou la durée d’un exercice ou qu’on travaille dans des températures chaudes allant jusqu’à 50°C, il est possible que les vêtements de performance contribuent à la régulation de la température corporelle seulement lorsqu’on va au-delà de nos limites physiologiques. De plus, des études ont démontré une différence dans le confort des participants lorsqu’on a augmenté l’intensité. Les sujets ont en effet indiqué que les tissus synthétiques étaient plus confortables et moins abrasifs.

 

Quand est-il préférable d’utiliser des vêtements synthétiques qui évaporent la transpiration?

Les vêtements de performance synthétiques peuvent mieux contenir les odeurs que les fibres naturelles mais coûtent souvent cher. Cela dit, il y a des situations où il serait préférable de porter ce type de vêtements. Quand il fait froid ou il vente, le coton humide sur la peau peut créer un effet d’« après-refroidissement » lors de l’évaporation. Par exemple, si une serviette mouillée est sur votre peau, c’est rafraîchissant si la journée est chaude, mais lorsqu’il fait froid, cela peut causer des pertes de chaleur involontaires possiblement dangereuses. Les activités impliquant une faible circulation d’air, comme le vélo, entraînent une perte de chaleur de convection et d’évaporation accrue, et si on les combine à de l’humidité sur la peau, cela peut refroidir une personne.

En général, tout est une question de confort personnel. Comme le coton retient plus d’eau que les tissus synthétiques, il peut être plus lourd et sembler plus mouillé. La friction du coton mouillé sur la peau peut aussi entraîner un inconfort ou de l’irritation, particulièrement lors d’activités comprenant des mouvements rapides ou répétitifs, ou si on porte de l’équipement par-dessus les vêtements. Malgré les publicités de marketing, il n’est pas prouvé qu’une marque de vêtement en particulier accorde des avantages plus qu’une autre. En ce qui concerne l’exercice récréatif et quotidien, les vêtements synthétiques vous permettront de rester au sec et d’être confortable, mais peu importe la marque, vous ne performerez pas mieux pour autant.

Il est nécessaire de faire plus de recherches pour déterminer s’il existe un seuil d’intensité ou de chaleur au-delà duquel les tissus synthétiques favorisant l’évaporation ont un effet considérable sur le maintien de l’équilibre thermique. Il serait aussi intéressant d’examiner si le type d’activité, le sexe ou le niveau de forme physique d’une personne ont une incidence sur la réponse d’un athlète lorsqu’il porte un vêtement.

 

Sources:
Aschwanden C. 2012. No Sweat: The Truth About Performance Apparel. Consumers Digest.
Capillary action. US Geological Survey.
Davis J, Bishop PA. Impact of clothing on exercise in the heat. Sports Medicine. 2013; 43(8): 695-706.
De Sousa J, Cheatham C, Wittbrodt M. The effects of a moisture-wicking fabric shirt on the physiological and perceptual responses during acute exercise in the heat. Applied Ergonomics. 2014; 45(6): 1447-1453.
Gavin TP. Clothing and thermoregulation during exercise. Sports Medicine. 2003; 33(13): 941-947.
Gavin TP, Babington JP, Harms CA, Ardelt ME, Tanner DA, Stager JM. Clothing fabric does not affect thermoregulation during ex in moderate heat. Medicine & Science in Sports & Exercise. 2001; 33(12): 2124-2130.
Hip Science. 2015, April 26. Moisture Wicking Clothing Explained. Youtube.
Hooper DR, Cook BM, Comstock BA, Szivak TK, Flanagan SD, Looney DP, DuPont WH, Kraemer WJ. Synthetic garments enhance comfort, thermoregulatory response, and athletic performance compared with traditional cotton garments. Journal of Strength and Conditioning. 2015; 29(3): 700-707.
Laing RM, Sims ST, Wilson CA, Niven BE, Cruthers NM. Differences in wearer response to garments for outdoor activity. Ergonomics. 2008; 51(4): 492-510.
Through the Paces: Testing Three Fabrics. Consumers Digest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *